Église Sainte Marthe des Quatres-Chemins Aubervilliers Pantin

Paroisse Ste Marthe des Quatre-Chemins
3, rue Condorcet - 93500 PANTIN
Téléphone : 01 48 45 02 77
Télécopie : 01 48 46 38 26
E-mail : stmarthe.paroisse@free.fr

Tirage de l’édition imprimée : 300 Exemplaires

14ème année février 2007 Numéro 2

Jeûne, à la mode !

Depuis que nos amis musulmans sont entrés dans les média plus personne ne s’interroge sur le jeûne. Quelques-uns uns de nos jeunes s’étonnent et admirent la capacité de jeûne de leurs copains musulmans pendant le Ramadan sans, hélas !, sentir comment le jeûne est lié à l’obligation de l’aumône et à la capacité de relation et de joie entre les familles une fois que le soleil s’est couché. Alors quelques catholiques rappellent notre temps de Carême comme un temps de jeûne, comme s’il s’agissait d’une compétition entre religions : quelle est la plus stricte, celle qui demande un effort plus grand, comme si cela était le critère de vérité ! Mais il n’y a pas uniquement le jeûne religieux. Combien d’hommes et de femmes, par prescription médicale, doivent alléger leur poids ! Quelle industrie bien rentable, les hôtels ou stations balnéaires, parfois de luxe, qui annoncent un stage de dix jours où vous trouverez votre poids idéal avec un jeûne qui vous sera agréable ! Et, encore, par malheur !, combien de jeunes filles - mais aussi de plus en plus de garçons - qui ne mangent pas pour obtenir la figure à la mode, pour pouvoir rentrer dans les castings de passerelles de la mode…et qui finissent parfois dans des sections d’hôpital contre l’anorexie ! Il serait bien de lire et méditer le texte d’Ésaïe : Le jeûne que je préfère, n’est-ce pas ceci : dénouer les liens provenant de la méchanceté, détacher les courroies du joug, renvoyer libres ceux qui ployaient,…n’est-ce pas partager ta faim avec l’affamé, héberger les pauvres sans abri, couvrir si tu vois quelqu’un nu ; devant celui qui est ta propre chair, tu ne te déroberas pas ! (Is. 58,6-7) Il sera bon de se souvenir de l’opposition de Jésus devant le formalisme du jeûne des pharisiens de son temps (Mt 6,16.18). Et encore des jeûnes occasionnels (pour être clairs pour les décisions importantes à prendre ?) des communautés chrétiennes primitives (Ac.13,2-3. et 14,23.). Nous ne sommes pas pour faire du jeûne une occasion de vaine gloire. Nous ne sommes pas pour faire du jeûne un moyen de conquérir le cœur de Dieu. Mais un jeûne peut être l’occasion d’expérimenter la faim de tant d’hommes et de femmes, le jeûne peut être l’occasion de découvrir les vrais besoins de mon corps et de remercier ceux qui les apaisent. Jeûne, à la mode… Non, merci.

Père Charles

À ne pas manquer en février 2007

Fête de la Saint-Denis et les 40 ans de notre diocèse

Ces deux importants évènements ont été célébrés d’abord par une exposition artistique de photos dans le narthex de la basilique de Saint-Denis commentée par notre Evêque, Monseigneur Olivier de Berranger, suivie par une très belle Eucharistie qu’il a présidée accompagné de nombreux prêtres de notre diocèse, dont certains étaient présents lors de sa création en 1966, comme le Père Jean Dumont, revenu du Pérou, ancien vicaire de notre paroisse.

Cette exposition a fait revivre la création de notre diocèse avec nos trois évêques successifs. C’est avec un regard et un langage accessible à tous que leur charge est assurée. Les différentes photos reprenaient pratiquement toutes les composantes de notre vie diocésaine.

Ensuite, une procession d’entrée avec quarante représentants de nos villes porteurs de lumières (qui seront remportées vers nos villes respectives) débuta la belle cérémonie eucharistique dans une cathédrale comble, suivis par les membres du Conseil de la Pastorale, des diacres et des prêtres porteurs d’étoles rouges puis notre Père Évêque avec chasuble rouge. Toutes ces couleurs et lumières donnaient vraiment un air de fête et aussi de solennité.

Notre diocèse étant arc-en-ciel, lors des offrandes, nos amis africains et antillais notamment, en costume traditionnel, entonnèrent leur chant avec leur petit balancement habituel. Cela donna une note colorée et joyeuse à notre eucharistie.

Mais, ce qui fut important aussi lors de cette célébration eucharistique, ce fut l’homélie de notre Père Evêque : Il nous rappela que la Terre était sainte partout et ici en Seine-Saint-Denis et nous invita, qui que nous soyons, à la suite des chrétiens qui ont créé et fait grandir notre diocèse pendant 40 ans, à poursuivre la tâche. Vous êtes la lumière du monde ! rappela-t-il. Mais pour cela, il nous faut, pour allumer ou rallumer la lampe de notre Foi, sans cesse la ranimer par la connaissance de Jésus-Christ. Mais cette lumière ne peut rester cachée, il nous faut aller vers les autres afin qu’eux aussi aient le désir de connaître Jésus-Christ. Ne pas attendre que les autres viennent, mais aller vers… les autres, tous les autres (en proposant des rencontres), les aimer, vivre parmi eux en témoins, en missionnaires, sans tapage et arrogance, mais dans la fidélité à l’espérance qui ne déçoit jamais. Il faut progresser sur ce point.

Sa dernière phrase lors de l’homélie fut un questionnement !... : Nous aurons besoin de prêtres, y pensez-vous assez frères et sœurs ? On a des prêtres dans la mesure où on les désire - et que l’on prie sincèrement pour cela. Je compte sur vous pour méditer là dessus.

Denise Montbailly

Les Cendres

Comme tous les ans, pour commencer le Carême, la liturgie nous propose de recevoir des cendres sur notre front.

En hébreu, le mot cendre et le mot poussière sont presque les mêmes, une seule voyelle les différencie. À Gn 18, 27 Abraham s’adresse à Dieu en lui disant moi qui ne suis que poussière et cendre. Ce rapprochement des deux mots nous conduit au récit de la Création quand Dieu dit à Adam tu es poussière et à la poussière tu retourneras (Gn 3, 19) phrase qui peut nous être dite au moment de l’imposition des cendres avec cette autre Convertissez-vous et croyez à l’Évangile (Mc 1, 15).

De tout cela nous pouvons conclure que les cendres que nous recevons le mercredi nous parlent de notre fragilité, fragilité qui vient de la mort et fragilité qui vient du péché. Cela coïncide avec notre expérience. Nous ressentons cette fragilité à cause de nos limites naturelles : maladie, décès d’un proche, handicap physique… et aussi nous vivons notre fragilité quand nous sommes déchirés intérieurement, quand nous avons agi contre notre conscience, quand nous vivons une mauvaise relation avec ceux qui nous entourent…

Face à cette fragilité nous pourrions réagir par la peur ou le désespoir. Mais nous pouvons aussi réagir par le changement, par la conversion. Nous pouvons essayer de regarder autrement notre demain. Regarder chaque journée que Dieu nous offre comme une immense possibilité de vivre dans l’Amour, amour qui se fait concret dans les gestes quotidiens et simples.

Père Joseph-Marie

La galette des rois du Secours Catholique…

Depuis plusieurs années déjà, le 3ème mercredi de janvier, l’équipe du Secours Catholique reçoit des jeunes enfants et leurs parents pour partager la galette.

Donc, le 17 janvier dernier, environ 25 enfants accompagnés de leur maman prirent place dans la salle du 46. L’après-midi, les aventures de Kirikou tinrent le jeune auditoire en haleine, pendant que, pour les plus grands, un concours de dessin était organisé avec pour thème… la galette ! Dans un espace maquillage, Denise transformait ces chers petits en papillon, en chat, en tigre, en clown, etc.… En fond sonore, un autre groupe d’enfant s’acharnait à faire tomber les boîtes du chamboule tout.

Mais, toutes ces activités cessèrent quand arriva, enfin, le partage de la galette bien faite avec du beurre dedans selon la tradition.

Les rois, les reines sont couronnés et, peut alors commencer la distribution des jouets, très nombreux et variés. Il y en a pour tous les âges : d’adorables peluches pour les plus petits, des voitures, des poupées, des jeux de société, des livres : ces nombreux objets ont été fournis par les élèves de l’école Sainte Marthe. Nous les remercions très chaleureusement, ainsi que la Directrice et les professeurs de cette école qui inculquent à leurs élèves, pendant l’Avent, le souci du partage avec d’autres enfants moins privilégiés.

L’après-midi se termine dans un joyeux brouhaha. Les enfants et leurs parents repartent contents ; les accueillants peuvent pousser un soupir de satisfaction : tout s’est bien passé.

Éliane Marchand

La galette des rois du mouvement chretien des retraites - MCR …

Texte non disponible

auteur

… et la galette du père Paul Nonez (Popol pour ses fans)

Vous le savez peut-être déjà. Tous les jeudis pendant l’année, à midi après la messe, nous déjeunons tous ensemble avec les prêtres du Secteur. Ainsi nous recevons à Ste Marthe, Jean-Marc, Henri, Michel, Gwénael, de Notre Dame des Vertus et de Saint Paul, Yves et Jean de Saint Lucien, Zbrignef de Saint Yves, Joachim de Dugny et parfois aussi Jean Claude de Tous les Saints… et ceux de Sainte Marthe, bien sûr ! Et bien, notre Père Popol préside toujours. Et tous les ans, autour des Rois, il y a la Galette de Popol. Cette année, comme il convient à l’ordre hiérarchique, la belle fève qui fait le roi a été trouvée dans le morceau du responsable du secteur… voilà Jean-Marc notre roi pour toute l’année !

Fiançailles revisitées

La jeune fille me dit : Regardez, Madame, ma bague de fiançailles. Tu t’es fiancée ? Oui, le jour de la Saint Valentin. Pourtant, tu vis avec Stéphane ? Oui, nous habitons chez mes parents et le bébé, c’est pour juin.

…… Nostalgiques des fiançailles d’antan… montez vite au grenier vous ressourcer dans les malles des grands-mères !

Aujourd’hui, nous voulons le bonheur immédiat ; cependant, nous ne pouvons saisir sa quintessence véritable qu’avec un minimum de maturité. Dès l’attrait ressenti, nous vivons comme des époux sans nous connaître vraiment. Cette hâte à inclure la relation charnelle appauvrit le sentiment et ne lui permet pas de grandir avec de bonnes assises - qui seront si nécessaires lorsque les tempêtes et surtout la morosité viendront surprendre le nid.

Un éminent théologien confiait : nous avons deux manières de nous préparer au mariage : essayer ou attendre. L’union d’attente est plus féconde que celle d’essai. Ce qui se construit sans temps ne dure pas longtemps dit la sagesse populaire. Même le sulfureux Sacha Guitry précisait En amour, il faut savoir monter les escaliers. Les fiançailles, un pré mariage qui peut être rompu. C’est aussi la période où se dessinent des liens invisibles de complicité, rituels…, qui seront déterminants dans l’avenir du couple.

Je suis seul(e) à savoir si je peux maîtriser mon impatience. Suis-je capable de fiançailles - don et non de fiançailles - plaisir ?

Une fois de plus, Dieu nous laisse libre ; dès lors, nous sommes presque toujours responsables de ce qui nous échoit.

Groupe Communication

Il est plus aisé d’être sage pour les autres que de l’être pour soi même.

La Rochefoucauld

Statistiques des Mariages dans notre Paroisse

Saint Valentin

Valentin désignait un originaire de Valence (Espagne).

Selon une autre source, Valentin vient du latin valens, vigueur. Saint Valentin, au IIIe siècle, était évêque en Italie et avait déjà accompli plusieurs miracles (selon d’autres versions, il n’était que médecin) quand un philosophe païen lui demanda de sauver de la mort son fils malade. Valentin accepta à une condition : si l’enfant guérissait, toute la famille se convertirait. Ce qui fut fait. L’apprenant, le préfet de Rome fit mettre à mort Valentin. Il était le patron des apiculteurs, et des amoureux, sans doute à cause de la lune… de miel (fête le 14 février)…

Le second Valentin honoré le même jour est l’apôtre du Tyrol, qui le reconnaît pour patron. Belge ou Anglais de naissance, il consacre sa vie à la conversion des peuples païens qui habitent les Alpes et les rives du Danube. Il meurt vers 470, et son corps est transporté à Passau, en Bavière.

Médaille de Saint Valentin : Invocation pour des fiançailles heureuses :

Bon saint Valentin, toi qui assistais les chrétiens dans le secret, veille sur notre bonheur et sur notre futur foyer ; avec les liens de notre mariage, bon saint Valentin, nous te tresserons une couronne de félicité. Que ton saint patronage rende notre amour durable ; Amen.

Extraits du Dictionnaire des anges et des saints protecteurs / Adélaïde Morin, 2003 – Collection Maxipoche références.

Pour prier

Montre-nous ton visage
O Dieu, montre nous ton visage
qui n’est autre que ton Fils Jésus Christ,
puisque c’est par lui que tu nous parles
et que tu te fais connaître,
de même que l’homme tout entier
est connu par son seul visage.
Et, par ce visage que tu nous auras montré,
convertis nous ;
convertis les morts que nous sommes
des ténèbres à la lumière,
convertis nous des vices aux vertus,
de l’ignorance à la parfaite connaissance de toi.

Bruno de Cologne


Retour en haut de la page

Retour à la liste des Échos de Sainte Marthe

Retour au sommaire du site